Ravageurs et maladies de la vigne.

La vigne est sensible à plusieurs ravageurs et maladies qui peuvent faire baisser son rendement, réduire la qualité de ses raisins ou, dans le pire des cas, la tuer. Effectivement, les baies peuvent être abimées ou même détruites. Aujourd’hui, nous pouvons enrayer la plupart des ravageurs et maladies, mais certains restent fatals à la vigne.

RAVAGEURS

Le Phylloxera est un insecte (une sorte de puceron) natif d’Amérique du Nord, contre lequel Vitis Vinifera n’est malheureusement pas capable de se défendre. C’est pourquoi au XIXème siècle, lorsque le phylloxera est accidentellement introduit en Europe, il a détruit pratiquement tous les vignobles. À un certain moment de son cycle, il vit sous terre en se nourrissant des racines de la vigne. Cette dernière est alors infectée à cause des lésions causées, s’affaiblit, et finit par mourir en quelques années. Les vignes Américaines, ayant évolué avec ce parasite, sont capables de lutter contre lui en sécrétant une sève collante. De plus, elles peuvent former une couche protectrice sur ses plaies afin d’éviter toute infection. Aujourd’hui, le phylloxera est toujours présent dans presque toutes les régions viticoles du monde. Seules certaines zones au Chili, en Argentine et en Australie ont été épargnées grâce à de strictes procédures de quarantaine.

Les Nématodes sont des vers microscopiques. À l’instar du phylloxera, ils s’attaquent aux racines de la vigne et l’empêche d’absorber de l’eau et des nutriments. Ils peuvent également être vecteurs de virus. Une technique efficace consiste à assainir complètement le sol avant de replanter, et à utiliser des porte-greffes résistants. « Mieux vaut prévenir que guérir ».

Les insectes, de manière générale, se nourrissent des baies et des feuilles. Le viticulteur peut utiliser des insecticides ou opter pour des techniques plus écologiques.

Il ne faut pas oublier que les oiseaux et les mammifères sont eux aussi des ravageurs. Ils sont capables de manger de grandes quantités de baies. De plus, les raisins entamés ou écrasés augmentent le risque de voir apparaitre des maladies cryptogamiques. On utilise généralement des filets comme protection contre les oiseaux, et des clôtures pour éloigner les mammifères tels que les lapins, les sangliers ou encore les chevreuils.

MALADIES CRYPTOGAMIQUES

Le mildiou et l’oïdium sont des champignons se développant dans des conditions chaudes et humides. Toutes les parties vertes de la vigne peuvent être affectées. Les raisins perdent leurs arômes fruités et peuvent également donner un goût de moisi au vin. 

La pourriture grise est provoquée par un champignon; Botrytis Cinerea. Il faut de l’humidité pour qu’elle se propage, et ne touche en général que les raisins. Elle peut décolorer les cépages rouges et détériorer les arômes. Pour quelques cépages blancs et dans certaines conditions, Botrytis Cinerea permet de produire des vins doux de très bonne qualité. Dans ce cas, on parle alors de pourriture noble.

Les maladies cryptogamiques peuvent être arrêtées grâce à des traitements chimiques. Traditionnellement, le mildiou était traité à la bouillie Bordelaise, qui est un mélange à base de cuivre, et l’oïdium avec des produits à base de souffre. Certains viticulteurs utilisent toujours ces méthodes, mais il est aujourd’hui possible de trouver de nombreux autres produits chimiques. Lorsque les vendanges approchent, les traitements doivent être interrompus afin d’éviter les résidus chimiques dans le vin.

Une autre méthode plus naturelle permettant d’éviter le développement des maladies cryptogamiques est la gestion adéquate de la surface foliaire. Par exemple, un feuillage épais va produire beaucoup d’ombre et empêchera l’air de circuler, créant par conséquent un milieu humide. Il est donc préférable d’aérer la vigne afin de la garder aussi sèche que possible.

MALADIES BACTÉRIENNES

La vigne est sensible aux bactéries. Certaines n’affectent que le rendement et la qualité alors que d’autres peuvent être mortelles pour le plant. Généralement, ses maladies sont transmises par des insectes de la famille des cicadelles. Malheureusement, aucun traitement n’existe à ce jour. 

La vigne est également vulnérable aux virus. La majorité d’entre eux ne sont pas mortels mais peuvent réduire fortement la qualité et le rendement. Très persistants et contagieux, ils sont le plus souvent transmis par les nématodes. Comme pour les bactéries, il n’existe aucun traitement. La seule solution pour éradiquer tant l’un que l’autre est d’arracher la vigne et assainir le sol avant de replanter.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :